• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

« Ma thèse en 180 secondes » 2019 : bravo à tous nos doctorants

Près d’une vingtaine de doctorants Inra ont concouru aux finales régionales de la 6e édition du concours de vulgarisation scientifique « ma thèse en 180 secondes ». Pour toutes et tous, il s'agit d'une expérience inoubliable. À l'issue de demi-finale nationale à Paris du 4 au 6 avril 2019, 16 finalistes, qui concourront en juin. Parmi eux, Valentin Chaput doctorant à l'unité B&PMP, Inra Montpellier.

Concours
Par Nicole Ladet
Mis à jour le 08/04/2019
Publié le 01/04/2019

Le défi des doctorants présentant le concours « Ma thèse en 180 secondes » ? Expliquer leur sujet de recherche en français à l’attention du grand public, de la façon la plus accessible possible, en trois minutes chrono, aidés d’une seule diapositive… Organisé en France par la Conférence des présidents d’université (CPU) et le CNRS, ce concours de vulgarisation scientifique se déroule en parallèle dans la plupart des pays francophones. En France, la première étape est régionale à l’échelle des regroupements d’universités. Près de vingt doctorants Inra ont ainsi présenté leurs travaux lors d’une finale régionale, dont le calendrier s’est achevé le 28 mars.

Les sujets exposés par nos doctorants sont à la mesure de la diversité des recherches de l’Inra : alimentation périnatale, toxicité des étangs, santé animale, changement climatique et croissance des forêts, dépollution, intelligence artificielle, bactéries et pucerons, qualité des semences, spiruline et innovations de rupture, big data et syndrome métabolique…

Pour tous, reste l’expérience inoubliable d’un moment de partage avec le public de travaux souvent très ardus… Cet exercice de vulgarisation les amène à mettre en histoire et en images leur démarche, objectifs et résultats. Parmi de nombreux exemples, Aurore Fourcot, doctorante à l'Unité Animal et fonctionnalités des produits animaux (URAFFPA, Inra Grand-Est Nancy) invente une nouvelle narration : « 3 petits cochons aux Antilles et un grand méchant loup : le chlordécone », Thibault Guegan, UMR Agroécologie (Inra Bourgogne Franche-Comté) nous projette dans un remake de « l’amour est dans le pré » pour illustrer ses travaux qui visent à trouver les meilleurs pois pour filer le mariage idéal avec les cultures de blé. Stéphanie Monnerie, Unité de Nutrition Humaine (Inra ARA) imagine comment sauver le Père Noël, en anticipant le syndrome métabolique grâce aux big data.

Retrouvez quelques-unes des présentations des candidats :

http://www.angers-nantes.inra.fr/Toutes-les-actualites/MT180sec-2019

http://www.dijon.inra.fr/Toutes-les-actualites/MT180-un-doctorant-du-Centre-Inra-BFC-decroche-le-prix-regional-public

http://www.toulouse.inra.fr/Toutes-les-actualites/MT180-2019

https://www.youtube.com/embed/JY1U8nve0I0

Lors de la demi-finale à Paris, 56 doctorants - dont quelques-uns préparent leur thèse à l’Inra - sélectionnés par les concours régionaux se sont rencontrés. 16 d’entre eux ont sélectionnés pour la finale nationale qui se tiendra le 13 juin prochain à Grenoble, avec parmi eux Valentin Chaput, qui a réalisé sa thèse sur la régulation de la nutrition azotée des plantes à l'Unité B&PMP (Biochimie & Physiologie Moléculaire des Plantes), Inra Montpellier.

Le premier prix représentera la France lors de la finale internationale qui se tient cette année à Dakar au Sénégal, le 26 septembre.

Bravo à tous ceux qui ont concouru et contribué à vulgariser la science en même temps qu’ils ont enrichi leur expérience de scientifique. Et tous nos encouragements aux finalistes en lice au niveau national !